PATRIMOINE BÂTI


Inventaire du patrimoine bâti dans Bellechasse
La MRC de Bellechasse et la Société historique de Bellechasse ont remis officiellement les résultats de l'inventaire du patrimoine bâti réalisé entre 2010 et 2012, dans les vingt (20) municipalité de la la MRC.

Consulter l'inventaire de Bellechasse dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec


Patrimoine bâti à Saint-Damien-de-Buckland
La Municipalité de Saint-Damien-de-Buckland compte de nombreux bâtiments patrimoniaux sur son territoire. Certains font état d'une citation (désignation) par règlement du Conseil municipal. 

Maison souvenir (un des premiers presbytères)
(Située au 155, rue Commerciale, propriété de la la Congrégation Notre-Dame du Perpétuel Secours)


Crédit photo Artson Image

RÈGLEMENT : 07-2013
Motifs de la citation : 
Le Conseil reconnaît la valeur patrimoniale du premier presbytère de Saint-Damien-de-Buckland pour des motifs historiques et architecturaux. L’attribution d’un statut juridique de protection, la citation, a pour but de mieux protéger et mettre en valeur ce bien patrimonial en vue de sa transmission aux générations futures. L’intérêt patrimonial du premier presbytère de Saint-Damien-de-Buckland repose sur sa valeur historique et architecturale.

À la demande du curé fondateur, Joseph-Onésime Brousseau (1853-1920), cette petite maison de colonisation a été d’abord construite pour servir de sacristie à la petite chapelle de la communauté de Saint-Damien-de-Buckland. Le grenier de cette chapelle faisait alors office de presbytère. C’est à l’automne 1882 que le curé Brousseau, avec l’aide de quelques paroissiens, commence les travaux. Cette sacristie de 28 par 22 pieds, dont la moitié servira de résidence au curé, comporte les mêmes dispositions qu’on retrouve dans une maison de colon. La deuxième chambre était occupée par celui qui assistait le père Brousseau dans les nombreux déplacements que nécessitaient son office et les quêtes qu’il a menées pendant 29 ans dans l’ensemble du diocèse de Québec en vue de financer les œuvres qu’il élaborait.

Le bâtiment a été déplacé de son emplacement d’origine en 1940 afin d’être intégré à l’ensemble conventuel des Sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours pour que soit préservé la résidence du fondateur de la congrégation. L’intérieur du premier presbytère de la paroisse a conservé son mobilier d’origine. On y retrouve également les habits sacerdotaux du père Brousseau, quelques souvenirs de voyage et ce qui reste de la première chapelle de la congrégation : la cloche déformée par l’incendie de 1905 qui a détruit presque toutes les installations. Le premier presbytère de Saint-Damien-de-Buckland est ainsi un témoignage de la vie quotidienne du premier curé de la paroisse et du fondateur de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours.


Chapelle Saint-Anne-des-Montagnes de Saint-Damien-de-Buckland
(Située au 155, rue Commerciale, propriété de la la Congrégation Notre-Dame du Perpétuel Secours)


Crédit photo Artson Image

RÈGLEMENT : 08-2013
Motifs de la citation : 
Le Conseil reconnaît la valeur patrimoniale de la chapelle Sainte-Anne-des-Montagnes de Saint-Damien-de-Buckland pour des motifs historiques, ethnologiques et architecturaux. L’attribution d’un statut juridique de protection, la citation, a pour but de mieux protéger et mettre en valeur ce bien patrimonial en vue de sa transmission aux générations futures. L’intérêt patrimonial de la chapelle Sainte-Anne-des-Montagnes de Saint-Damien-de-Buckland repose sur sa valeur historique, ethnologique et architecturale.

La chapelle Sainte-Anne-des-Montagnes, appelée aussi « chapelle du vœu », a été construite sur les mêmes bases que la première chapelle construite en 1885 et incendiée en 1905. C'est le curé-fondateur de la paroisse, Joseph-Onésime Brousseau, qui l'a fait édifier en reconnaissance de l'accomplissement d'un miracle par Sainte-Anne. Les paroissiens auraient miraculeusement réussis à maîtriser l'incendie qui s'était déclaré dans le clocher de l'église paroissiale et le Père Brousseau avait promis à Sainte-Anne de lui édifier un lieu de pèlerinage si celle-ci sauvait son église de la destruction complète. La chapelle témoigne également de la pratique du pèlerinage en tant qu’aspect populaire de la religion au Québec.

Construite sous la supervision de J.-Allyre et Elzéar Métivier, elle est caractérisée par ses fondations en pierre, ses façades en bardeaux d’amiante, ses fenêtres cintrées, son œil de bœuf, son clocher et ses clochetons, de même que sa porte en bois surmontée d’une imposte en hémicycle.


Maison Généralice des Soeurs Notre-Dame du Perpétuel Secours
(Située au 155, rue Commerciale, propriété de la Congrégation des Soeurs Notre-Dame du Perpétuel Secours)


(Crédit photo : Artson Image)

RÈGLEMENT : 09-2013
Motifs de la citation : Le Conseil reconnaît la valeur patrimoniale de la maison généralice des Sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours pour des motifs historiques et architecturaux. L’attribution d’un statut juridique de protection, la citation, a pour but de mieux protéger et mettre en valeur ce bien patrimonial en vue de sa transmission aux générations futures. L’intérêt patrimonial de la maison généralice des Sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours repose sur sa valeur historique et architecturale.

La maison généralice de l'ensemble conventuel des Sœurs de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours a été construite en 1910 sur les mêmes bases que l'ancien hôpital qui fut incendié en 1905. La construction dura de 1906 à 1910. Ayant maintenant une vocation administrative, le bâtiment a également abrité l’orphelinat Saint-Joseph.

Les éléments caractéristiques du bâtiment sont sa toiture composée d’une fausse mansarde en tôle à la canadienne et d’un toit à deux versants droits. Il comporte également une porte avec imposte et baies latérales, des fondations en pierres, des lucarnes à fronton et un clocheton.


Église de Saint-Damien-de-Buckland
(Située au 182, rue Commerciale, propriété de la Fabrique de la Paroisse de Saint-Damien-de-Buckland)

RÈGLEMENT : 10-2013
Motifs de la citation : 
Le Conseil reconnaît la valeur patrimoniale de l’église de Saint-Damien-de-Buckland pour des motifs historiques et architecturaux. L’attribution d’un statut juridique de protection, la citation, a pour but de mieux protéger et mettre en valeur ce bien patrimonial en vue de sa transmission aux générations futures. L’intérêt patrimonial de l’église de Saint-Damien-de-Buckland repose sur sa valeur historique et architecturale.

Associée à la fondation de la paroisse, l’église de Saint-Damien-de-Buckland a été construite en 1883-1884 par Elzéar Métivier, constructeur de plus d’une vingtaine d’églises, presbytères et chapelles. En 1883, un incendie se déclare dans le clocher. Le curé Brousseau fait alors le vœu d’ériger un lieu de pèlerinage dédié à Sainte-Anne si cette dernière épargne le bâtiment dont l’extérieur était terminé. Ainsi, comme l’église fut sauvée de la destruction, la chapelle Saint-Anne-des-Montagnes sera édifiée par Métivier en 1906.

De forme rectangulaire, avec chœur en saillie et abside en hémicycle, l’église est également caractérisée par son toit à deux versants droits, son portique avant en pierres de taille, son clocher encadré de deux clochetons au sommet des contreforts, des fenêtres cintrées, un œil-de-bœuf, des portes en bois massif à imposte. Avec l’ancien presbytère, elle forme un noyau au cœur du village.


Abri anti-nucléaire de Saint-Damien station
(Au sud de la route 279, à l'ouest de la Cycloroute de Bellechasse)

RÈGLEMENT : 11-2013
Motifs de la citation: Le Conseil reconnaît la valeur patrimoniale de l’abri anti-nucléaire de Saint-Damien Station pour des motifs historiques. L’attribution d’un statut juridique de protection, la citation, a pour but de mieux protéger et mettre en valeur ce bien patrimonial en vue de sa transmission aux générations futures. L’intérêt patrimonial de l’abri anti-nucléaire de Saint-Damien Station repose sur sa valeur historique.

Après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le monde a connu quatre décennies d'évènements qui ont créé des tensions extrêmes entre les États-Unis et l'ex Union soviétique. Appelée « guerre froide », cette période a culminé en 1962 avec la crise provoquée par l'installation de missiles nucléaires à Cuba. Face au spectre d'un troisième conflit mondial, le Canada a voulu protéger sa population de la menace nucléaire, notamment en l'invitant à prendre les moyens pour assurer sa survie. Le gouvernement s'est alors fait le promoteur de la construction d'abris anti-nucléaires permettant de se protéger des rayons atomiques (onde de choc, chaleur et irradiations). Au Québec, de 300 à 400 de ces abris furent construits par des particuliers, en plus de ceux érigés dans chaque province par le gouvernement fédéral pour assurer la protection des dirigeants ou par le Canadien National.

Les vestiges de l'un de ces abris sont encore visibles à quelques mètres de l'ancienne gare de Saint-Damien Station, dans l'emprise de la voie ferrée. Construit vers 1960 avec deux rangées de blocs de béton pleins, l'abri contenait deux lits de camp permettant d'y vivre quelque temps après une attaque atomique. Il mesure 3 m x 5,3 m x 2,4 m de hauteur. L'investissement réalisé pour la protection du chef de gare de Saint-Damien était alors justifié par la panique reliée au risque d'une nouvelle guerre mondiale utilisant l'arme nucléaire.


Maison du Docteur Alphée Poirier
(Actuellement Gîte Les Pignons au 156, rue Commerciale, propriété de Mme Nicole Loiselle)

(Crédit photo - Artson image)

RÈGLEMENT : 12-2013
Motifs de la citation: 
Le Conseil reconnaît la valeur patrimoniale de la maison du Docteur-Alphée-Poirier de Saint-Damien-de-Buckland pour des motifs historiques et architecturaux. L’attribution d’un statut juridique de protection, la citation, a pour but de mieux protéger et mettre en valeur ce bien patrimonial en vue de sa transmission aux générations futures. L’intérêt patrimonial de la maison du Docteur-Alphée-Poirier de Saint-Damien-de-Buckland repose sur sa valeur historique et architecturale.

Né à Rimouski, le 20 août 1905, fils d'Alphée Poirier, menuisier, et d'Adèle Poirier. Alphée Poirier fit ses études au Collège de Rimouski, au Collège Saint-Laurent et à l'Université Laval. Reçu médecin en 1938, il exerça sa profession à Sainte-Agathe, dans Lotbinière, en 1938, puis à Saint-Damien-de-Buckland et à Lac-Etchemin. Élu député de l'Union nationale dans Bellechasse en 1952, il est réélu en 1956 puis défait en 1960. Il est décédé à Vanier, le 9 août 1978, à l'âge de 72 ans et 11 mois. Alphée Poirier est inhumé dans le cimetière de la paroisse Saint-Damien-de-Buckland, le 14 août 1978. Il a habité cette maison lors de son office de médecin dans la municipalité.

Cette maison de style néo-Queen Anne construite en 1898 est maintenant occupée par le Gite Les Pignons. Elle comporte des particularités architecturales assez rares dans Bellechasse : fronton ornementé de la porte d'entrée et fenestration cintrée au grenier. Elle est également caractérisée par une baie en saillie, une véranda, une partie du parement en planches à clins et bardeaux de cèdre chantournés, de même que par une porte principale à panneaux, vitrage et imposte.


Ancien presbytère de Saint-Damien-de-Buckland
(Situé au 180, rue Commerciale, propriété privée)

RÈGLEMENT : 13-2013
Motifs de la citation : Le Conseil reconnaît la valeur patrimoniale de l’ancien presbytère de Saint-Damien-de-Buckland pour des motifs historiques et architecturaux. L’attribution d’un statut juridique de protection, la citation, a pour but de mieux protéger et mettre en valeur ce bien patrimonial en vue de sa transmission aux générations futures. L’intérêt patrimonial de l’ancien presbytère de Saint-Damien-de-Buckland repose sur sa valeur historique et architecturale.

Associé à la vie religieuse de la paroisse, cet imposant bâtiment en brique de type vernaculaire industriel, construit en 1940 pour remplacer celui de 1887, comporte de nombreux éléments importants à préserver. Notons le toit en tôle à baguettes et en tôle à la canadienne, le revêtement, les portes à impostes, les fenêtres à battants à moyens carreaux avec impostes.


Ancienne école normale de Saint-Damien-de-Buckland
(Situé au 160, rue Commerciale, propriété privée, résidence « Le Manoir Saint-Damien »)

RÈGLEMENT : 14-2013
Motifs de la citation : Le Conseil reconnaît la valeur patrimoniale de l’ancienne école normale de Saint-Damien-de-Buckland pour des motifs historiques et architecturaux. L’attribution d’un statut juridique de protection, la citation, a pour but de mieux protéger et mettre en valeur ce bien patrimonial en vue de sa transmission aux générations futures. L’intérêt patrimonial de l’ancienne école normale de Saint-Damien-de-Buckland repose sur sa valeur historique et architecturale.

D'abord construit par Elzéar Métivier en tant que résidence privée pour la famille Métivier, le bâtiment devint ensuite l'école normale pour filles de 1939 à 1942, l'école du Sacré-Cœur de 1942 à 1957 et l'école des arts familiaux en 1958. Il abrite maintenant une résidence pour personnes âgées.

Si on ne considère que le bâtiment initial sans les agrandissements, cette maison est un bon exemple de la mode éclectique qui a prévalu au XIXe siècle et qui se caractérise notamment par une abondante ornementation et des emprunts à différents styles architecturaux. L’ancienne école normale de Saint-Damien-de-Buckland se remarque entre autres par la présence d’une tourelle, la richesse de son ornementation (boiseries, balustrade et frise), le fronton du porche de même que par le chambranle de la porte principale. Le bâtiment a déjà été relié par un tunnel à l’ensemble conventuel des Sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours.